CritiquesLes Filles du docteur March – Greta Gerwig (2020)

Avatar Lidwin Marteaufévrier 7, 2020137 min

L’heure de la sororité a sonné !

 

2020 a donné naissance à une nouvelle adaptation du célèbre “Little Women” écrit par Louisa May Alcott en 1868. Cette fois ci, l’adaptation est signée Greta Gerwig, l’occasion de redécouvrir le duo Timothée Chalamet/Saoirse Ronan sous la direction de la réalisatrice. Leur complicité avait déjà crevé l’écran en 2017 à la sortie du très prometteur Lady Bird. Nombreux.ses sont celles.eux qui attendaient le retour de ce duo et quel film autre que Little Women aurait pu aussi bien mettre leur amitié à profit ?

Le casting est des plus séduisant puisque Kathy Driscoll et Francine Maisler, les directrices de casting, ont choisit Saoirse Ronan, Emma Watson, Florence Pugh et Eliza Scanlen pour jouer filles March, ainsi que Laura Dern (Marriage Story et Sailor et Lula notamment) dans le rôle de la mère et pour finir, la grande Meryl Streep dans celui de la tante.

L’histoire est d’ores et déjà connue : les filles du docteur March, accompagnées de leur mère vivent toutes les cinq, leur père étant parti à la guerre (que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Guerre de Sécession). Le film nous montre quatre jeunes filles qui grandissent, apprennent la vie en tant que jeunes femmes. Elles assimilent le fait que, dans ce monde géré par les hommes et pour les hommes, elles doivent avoir des alliés sans compromettre leurs convictions.

La version de Greta Gerwig met l’accent sur Joe, jeune femme rêvant de devenir écrivaine. Elle craint de voir ses rêves s’éloigner. Aucun éditeur ne souhaite lire une femme, qui plus est une de celles qui se refusent à raconter une histoire d’amour. Il est alors difficile d’accepter la société dans laquelle elle vit, mais également d’intégrer que ses soeurs puissent avoir des choix de vie différents des siens. Les filles du docteur March nous montre donc une jolie histoire sur l’importance de la sororité, sur l’acception d’avoir besoin d’alliés, et l’incompréhension d’une société inégalitaire.

 

“Women, they have minds, and they have souls, as well as just hearts. And they’ve got ambition, and they’ve got talent, as well as just beauty. I’m so sick of people saying that love is just all a woman is fit for. I’m so sick of it!”

 

Tout aurait pu être parfait, pour autant…

 

Si le jeu des acteurs est d’une justesse assez inégalable (mention spéciale à Timothée Chalamet et Saoirse Ronan dont le duo n’est plus à prouver), et les décors agréables à regarder, un défaut non négligeable est bien présent : la construction du film. Que s’est-il passé ? Le nombre de faux raccords est incalculable et le montage est désordonné. Ne prenez pas le risque de vous déconcentrer une seconde, vous en paierez les conséquences : une incompréhension totale d’où vous en êtes dans le film. Les aller-retour passé et présent sont mal intégrés, les personnages ne sont pas vieillis malgré les 7 ans d’écart entre la plus récente et la plus ancienne période du film. Ce va et vient se passe toutes les 5 minutes sans jamais vraiment définir la période concernée. Le film souffre d’un réel problème de temporalité et d’organisation. Si l’dée de flashback aurait pû apporter quelque chose à cette version de Little Women, elle n’a finalement délivrée que de l’incompréhension et une envie irrésistible de….décrocher.

 

Malgré tout,

 

Les Filles du Docteur March reste un bon film familial qui se laisse regarder sans trop de difficulté (à condition, bien sûr, de rester concentré) Le problème de la construction ne gâche pas le propos (et heureusement), mais reste un point faible qui laisse un sentiment de frustration.

Avatar

Lidwin Marteau

Rédactrice, réalisatrice et photographe quand les pellicules et la lumière le permettent.

Et vous, qu'en avez vous pensé ?

Votre adresse email ne sera pas publiée. ✍️

fr_FRFrench
fr_FRFrench